Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 18:20

Cette fois Freddy pour changer essaie de faire le poète, moi j'ai bien aimé ça qu'en pensez vous ?



Je ne l'ai jamais repoussée

http://img.maxisciences.com/animal/ces-deux-oursons-de-7-semaines-semblent-se-donner-la-main_9928_w460.jpg

Il m'arrive parfois, de repousser
La dernière goûte, le coup d'étrier
Proposé avec gentillesse et amabilité
Oui, conduire c'est une responsabilité

Mais pas question de repousser
La main tendue de l'amitié.

Proposées avec charme et parfois ferveur
Je les ai  refusées dans ma jeunesse, ces faveurs
De nymphes qui vous mettent le corps en émoi
Parce que l'âme et le cœur, n'y étaient pas

Mais jamais je n'ai repoussé
La main tendue de l'amitié.

Il m'arrive parfois dans une soirée
De refuser entrecôte  et côtelettes panée
Pour ne pas, par la nourriture être piégé
Et surtout dormir avec un estomac léger

Mais jamais je n'ai refusé
La main tendue  de l'amitié.

Soyez  votre propre maître personne ne peux vous juger.
Vous êtes libres  de prendre et si ça vous gène de refuser
Lorsque les grincheux et les susceptibles vous auront quitté
Vous resterez avec les vrais amis, ceux qui respecte votre liberté

Tant pis pour les autres, c’est eux qui ont repoussée
Votre mains tendues de l'amitié.

 

 

Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 13:12

J'ai trouvé ce très beau poème sur les oiseaux chez mon amie "la plume de Moni" et me disait qu'il serait méchant de ma part de ne pas le partager.

Bien que j'ai demandé la permission je n'ai pas atendu son accord.

En plus de ce blog Moni tiens aussi un autre blog de philosophie répondant au nom de "philoplume"
aussi in téressant que le premier. en lui rendant visite vous serez les seuls a en proffiter. Mais n'oubliez pas de laisser un commentaire/s ou des à elle aussi

Merci Moni.

 

 

images-2-.jpg

 

Les oiseaux

 

En faisant leurs vocalises

Les oiseaux chantent le printemps

Un concert merveilleux du temps

Vont d’escapades en balises

 http://a31.idata.over-blog.com/0/38/45/10/joce/Oiseau_bleu.gif

Soleil généreux en chaleur

Petits oiseaux piaillent de bonheur

Cris stridents qui sortent des nids

Une audition, c’est bien permis

 http://a31.idata.over-blog.com/0/38/45/10/joce/Oiseau_bleu.gif

Une suite d’arpèges, de jolis sons

Ô, comme c’est bon pour l’oisillon

Sort du logis, voilà qu’il part

Nouvel envol, nouveau départ

Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 15:47
Si vous m'avez trouvé un peu rare ces derniers temps, c'était  la faute à mon ordinateur et aussi un peu de la mienne : j'ai passé un peu mon temps sur ces deux receuils sur lesquels je me sui plongé.
1) Un souffle de la vie
2) Emotion en poésies

Je connaissais un peu les poésies de Moni que je lisais quelques fois sur son blog. Ne résistant plus j'ai vu  bon de les avoir et je ne le regrette nullement.
 Moni est aussi propriétaire du blog "Philoplume" pas moins intéressant que ses poésies.

La Plume de Moni
Votre bannière
               Votre bannière

Si la poésie vous enchante, à commander directement à The Book edition
en tapant sur "A DECOUVRIR".  Ou bien écrivez-lui à 'Contact'
Elle peux vous les envoyer si vous lui fournissez vos coordonnées et un chèque
Ils sont tous deux assez fournis et très complets en poésies. 
Bien amicalement ! 
Pour vous mettre l'eau a la bouche, je vous propose deux de ses "tanka"
Jour et neige

La neige crée des paysages sublimes
De lumière qui nous enchantent

 

Jour

 http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:GD_x9R9rdcWCZM:http://www.venere.com/img/hotel/6/9/8/4/274896/image_hotel_exterior_outside_1.jpg

Le jour se lève

Quand l’aube est annoncée

En course libre

De son orbite tracée

A percé les ténèbres


 

Neige

 http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:5q1nsg2BSAzFkM:http://grandquebec.com/upl-files/neige_montreal.jpg

Matin sublime

De lumière enchantée

Ombres pourchassées

La neige caressante

Tend la journée au bonheur

Tanka: Le tanka, du japonais tanka (短 歌? littéralement poème court), est un poème japonais sans rimes, de 31 syllabes sur cinq lignes. Le tanka est une forme de la poésie traditionnelle waka (和歌?) et est plus vieux que le haïku, dont il peut être considéré comme un ancêtre. Il fleurit pendant la période Heian (794-1192). Le tanka classique est toujours considéré au Japon comme la forme la plus élevée de l'expression littéraire.

Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 14:32
Mon amie Morgane a publié une jolie poésie de Jacques Prévert (1900-1977) qui  m'en rappelait un autre que je voudrais partager avec vous.




Une orange sur la table

Ta robe sur le tapis

Et toi dans mon lit

Doux présent du présent

Fraîcheur de la nuit

Chaleur de ma vie

 


Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 22:46



L' asfour cannalocool smiley

Le canari de Vivi

N'est pas gris.

Est-il jaune ?

Il se réveille

Quelle merveille

Quel canari il a, Vivi

Le canne à l'eau de Vivi

Asfour plein de vie

Il picote

Il grignote

Il tripote

Le bel canne à l'eau

Du bandit

Le canari de Vivi

Ne voit rien en gris

Et rien en jaune

Il se réveille

Quelle merveille

Le canari de Vivi

N'est pas gris.

Est-il jaune

Le canari de Vivi ?
Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 16:32

 

Je veux remercier Sab qui m'a refiler le lien sde ce beau poème portant hommage a Ilan Halimi

 

Merci Sab,

 



Avec un silence profond,
Je fixe le vide
Essayant de comprendre,
Avec le plus de lucidité possible
Le flot de paroles
Que je viens d'entendre
Un clignement de mes yeux
Et voluptueusement, elle naissent
Avec une surprenante rapidité,
Sans que je ne parvienne à les maîtriser
Si minimes, elles grandissent,
S’étalent, sont de plus en plus nombreuses,
Quittent mon visage
Et partent se perdre
A la surface de la Terre...

Le paradoxe de la vie
Me fait pourtant savourer cet instant
Car toi, tu n'avais même plus la force
De sentir tes larmes couler
Et tu ne sentiras jamais plus
Sur ton visage fragile
Cette sensation humide
Ces larmes si légères
Qui emportent avec elles,
Un poids si lourd...

Partout on peut voir ton visage
En notre mémoire,on gardera ton image
Toi qui t’étais projeté dans l’avenir
Un avenir joyeux, sans souci,sans soupir
Mais la vie en a décidé autrement...
Du moins ils ont décidé de ton dernier moment
Pourtant toi aussi tu rêvais d'une vie
Tu t'imaginais bientôt partir pour enfin la vivre
Mais,ils ne t'ont pas laissé le temps
De voir les choses différement

Alors on pense à toi, notre frére disparu
Et souvent les larmes nous reviennent
Lorsqu'on imagine ce que tu as vécu
Mais on doit rester fort quoiqu'il advienne
pour combattre cette réalité
et réagir face à cette cruauté
Alors on crit notre colère, notre chagrin
On serre les dents et les poings
et on poursuit notre chemin
Et même si souvent ton absence nous pèse
Toi qui voulait grandir,toi qui rêvait de partir
on comprend enfin, qu'on vit dans le malaise
Tout changer et on se doit de réagir
Pour qu'enfin cesse de tels crimes
Dont toi aussi tu as été victime

Lyora Michaël

source: Alliance

Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 14:08

 

Dans sa visite au salon du livre des auteurs d'origine Tunisienne au centre Amit, Camus a rencontré entre autres la poète Shoshana Vegh. Attiré par ses poèmes Camus et revenu avec deux de ses bouquins  écrit en hébreu bien sûr. A premier coup d'œil je vois que l'auteur a l'esprit bien malicieux, style Vivi je dirais.
Sur un certain poème Camus me demande de lui expliquer que voulait dire Mme Shosh en  en écrivant  escargot dans son poème   Comme s'il ne le savait pas.

Camus n'a pu se retenir et a écrit un article sur sa visite dans ce salon avec un petit résumé sur chaque auteur.

Moi j'ai choisi de lui piquer le résumé sur Shoshana Vegh avec une très bonne traduction de l'un de ses poèmes.
Je vous laisse le plaisir de trouver ou voulait en venir Shosh  avec son escargot.
Je sais qu'après ce vol je serais obligé de préparer le café à Camus pendant un mois et m'occuper de l'entretien de son blog pendant une semaine, avec la  publication de son article  y comprit. Mais je crois que cela valait le coup.
Jugez en vous même.


A partir de maintenant je laisse la parole à
Camus


Pour terminer un  poème de Shoshana Vegh traduit par Camus:

Shoshana Vegh

 

Paume d'amour

Sortant  de sa coquille

L'escargot sur  ma paume

Draps mouillés d'écume

Et lettres inversées

Mutent en poésie

Par enchantement

Je te vois en souvenir

Emmitouflée

Dans la couverture

Toutes les eaux ne viendront 

A bout

Du feu de la passion 

L'escargot est-il innocent ?
Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 23:01

Par hasard j'ai découvert ce très beau poème écrit par Marc de Metz le 1er avril 1971.
Jai demandé a Marc la permission de le publier ici. je peux vous dire qu'il a acquiescé sur le champ.
Je vous assure que ce n'est pas le seul beau poème et si vous vous donnerez la peine de jeter un coup d'œil ?
Vous en trouverez d'autes ainsi que beaucoup de sujet aussi intéressants.

 Pour visitez le blog de Marc cliquer [ici…]


Un peuple autour de Jérusalem...


  • capmetz57
  • Marc de Metz


 

Peuple élu  

Peuple de la Terre

Dont Dieu est le père

Soyez fiers d’être vous

Soyez fiers devant nous

 

Depuis les temps passés

On vous a bafoué

Ou traîné dans la boue

Et meurtri vos genoux

 

De vous anéantir

Et de vous détruire

Par l’homme a été

Violement désiré

 

Vos familles périrent

Vos fils ont du mourir

Dans les camps de la mort

Sans connaître leurs tords

 

Leurs tords d’être des juifs

D’avoir des parents juifs

Et cela a suffit

Pour leur ôter la vie

 

Par votre religion

Vous avez une nation

Que Dieu vous a donné

Pour tous vous retrouver

 

Peuple de la Terre

Dont Dieu est le père

Soyez fiers d’être vous

Soyez fiers devant nous

 

Marc, écrit à Metz le 1er avril 1971



 


 

 

 


Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 17:40
Une poésie qu'Albert dit...etc.,  m'aenvoyé pour partager avec vous.


Pour elle.

 

 

Lorsque assise sur son fauteuil,

Mon regard paternel se pose sur elle,

Elle devine à  mon œil indiscret

La question mille fois, dans ma tête,

Rabachèe.

 

Dans ses moments là,

Où je fourchette dans mon plat,

Elle lève ses yeux, avec son air malicieux

Pour me dire avec son sourire gracieux.

‘…Ca va Papa, ne t’inquiètes pas… !’

 

Des années que je m’inquiète.

Que de matins et de soirs.

Que d’heures à la voir

Et boire son sommeil tranquille.

Au pied de son lit,

Je la surveille dés fois.

 

Mon ange sur sa couche dort,

D’un sommeil innocent.

De celui qui ne ressemble

Pas au mien, bien agité il l’est.

 


Ma vie et son  souffle

Sont accrochés à ses pas

A sa voix qui à chaque instant

Je n’oublie  car ma vie

En dépend.

Repost 0
Published by Vivi el diavolo - dans Poésies
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Vivi Il diavolo
  • Le blog de Vivi Il diavolo
  • : Le seul endroit ou je peux exprimer mes pensées, raconter mes blagues,partager mes chansons préférés enfin tous ce qui me passe par la tète.
  • Contact

Profil

  • Vivi el diavolo
  • Né quelque part en Tunisie, vie actuellement a Beersheba Israël.
Mes principaux loisirs sont l'informatique,lecture télé et surtout m'amuser.
  • Né quelque part en Tunisie, vie actuellement a Beersheba Israël. Mes principaux loisirs sont l'informatique,lecture télé et surtout m'amuser.

Recherche

Pages